Accéder au contenu principal

Bibliographie indicative


  • Luc Boltanski et Laurent Thévenot, 1991, De la justification. Les économies de la grandeur, Gallimard, Paris, 483 p.
  • Marcel Drulhe, 1996, Santé et société. Le façonnement sociétal de la santé. PUF, Paris, 390 p.
  • Anne Fagot-Largeault,1989, Les causes de la mort. Histoire naturelle et facteurs de risques, publication de l’Institut Interdisciplinaire d’Etudes Epistémologiques, Paris
  • Michel Foucault, 1963 (2009), Naissance de la clinique, PUF, Paris, 214 p. 
  • Michel Foucault et al. 1976, Les machines à guérir, aux origines de l’hôpital moderne, Editions Pierre Mardaga, Liège, 241 p. 
  • Michel Foucault, 1992 (1976), Histoire de la folie à l’âge classique, Gallimard, 583 p. 
  • Eliot Freidson, 1963, The hospital in modern society, New York, The Free Press of Glencoe 
  • Eliot Freidson, 1984, La profession Médicale, Payot, Paris, 369 p. 
  • Jean-Paul Gaudillière, 2002, Inventer la biomédecine. La France, l’Amérique et la production des savoirs du vivant (1945-1965), La découverte, Paris, 391 p. 
  • Jean-Paul Gaudillière, 2006, La médecine et les sciences XIXe-XXe siècles, Collection Repères, La découverte, Paris, 121 p. 
  • Jean-Paul Gaudillière, 1992, « Biochimistes et biomédecine dans l'après-guerre : deux itinéraires entre laboratoire et hôpital » Sciences sociales et santé, vol.10, n°4, p.107-147. 
  • Jean-Paul Gaudillière, 1992, « Biochimistes et biomédecine dans l'après-guerre : deux itinéraires entre laboratoire et hôpital » Sciences sociales et santé, vol.10, n°4, p.107-147. 
  • Catherine Halpern (dir), 2010, La santé. Un enjeu de société, Sciences Humaines, Seuil, Paris, 345 p. 
  • Claudine Herzlich, 1970, Médecine, Maladie et société, Mouton, Paris, 318 p. 
  • Claudine Herzlich, Jean-Claude Guyot, Jacques Maître, François Steudler et Suzanne Mendès, (et al), 1978, Santé médecine et sociologie, Actes du colloque international de sociologie médicale du 6-9juillet 1976, Edition du centre national de la recherche scientifique, Paris, 489 p. 
  • Claudine Herzlich, Janine Pierret, 1984, Malades d’hier, malades d’aujourd’hui. De la mort collective au devoir de guérison, Payot, Paris, 296 p. 
  • Claudine Herzlich, 1973, « Type de clientèle et fonctionnement de l’institution hospitalière », Revue Française de Sociologie, 14-1, p.41-59. 
  • Claudine Herzlich et Janine Pierret, 2010, « Au croisement de plusieurs mondes : la constitution de la sociologie de la santé en France (1950-1985) », Revue Française de Sociologie, n°51, p.121-148. 
  • Othmar Keel, 2002, L’avènement de la médecine clinique moderne en Europe, 1750-1815 : Politiques, institutions et savoirs, Presses de l’université de Montréal, 542 p. 
  • Alexandre Klein, 2008, « La santé comme norme de soin », Philosophia Scientiae, vol.12, n°2, p.213-227. 
  • Jacques Léonard, 1981, La médecine entre les savoirs et les pouvoirs : histoire intellectuelle et politique de la médecine française au XIXe siècle, Aubier-Montaigne, Collection historique, Paris, 384 p. 
  • Harry Marks, 1999, La médecine des preuves. Histoire et anthropologie des essais cliniques 1900-1990, collection Les empêcheurs de penser en rond, Le plessis-Robinson, 352 p. 
  • Frédéric Pierru, 2012, « Le mandarin, le gestionnaire et le consultant. Le tournant néolibéral de la politique hospitalière », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n°194, v.4, p.32-51.
  • Patrice Pinell, 1987, « Fléau moderne et médecine d’avenir : la cancérologie française entre les deux guerres », Actes de la recherche en sciences sociales, n°68, p.45-76. 
  • Patrice Pinell, 2005, « Champ médical et processus de spécialisation », Actes de la recherche en sciences sociales, n°156-157, p 4 – 36 
  • Patrice Pinell, 2008, « Qu’en est-il de l’autonomie du champ médical ? », Savoir agir, n°5, p.57 – 65 
  • Patrice Pinell, 1992, Naissance d’un fléau. Histoire de la lutte contre le cancer en France (1890-1940), Métailié, Paris, 375p. 
  • Patrice Pinell, 2002, Analyse sociologique de la formation des psychiatres en France (1968-2000), Rapport de recherche MIRE, 52 p. 
  • Patrice Pinell et al. , 2002, Une épidémie politique. La lutte contre le SIDA en France, 1981-1996, PUF, 415 p. 
  • Patrice Pinell, 2009, « La genèse du champ médicale : le cas de la France (1795-1870) », Revue Française de Sociologie, vol.50, n°2, p 315 – 349. 
  • Patrice Pinell, 2012, « A propos du champ médical : quelques réflexions sur les usages sociologiques du concept de champ », in Frédéric Lebaron et Gérard Mauger, Lectures de Bourdieu, Ellipses, Paris, p.305-318. 
  • François-Xavier Schweyer, 2009, « Santé, contrat social et marché : la fonction publique hospitalière en réformes », Revue Française d’administration publique, n°132, vol.4, p.727-744. 
  • François-Xavier Schweyer, Simone Pennec, Geneviève Cresson, Françoise Bouchayer, 2004, Normes et valeurs dans le champ de la santé, Ecole Nationale de la Santé Publique (ENSP), Rennes, 300 p. 
  • Marina Serré, 1999, « La santé en comptes, la mise en forme statistique de la santé », Politix, n°46, p. 49-70
  • Christiane Sinding, 2004, « Clinique », in Dominique Lecourt (dir), Dictionnaire de la pensée médicale, PUF, Paris, p.249-255.
  • François Steudler, 1972, Sociologie médicale, Armand Colin, Paris, 388 p. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'homme domestiqué face aux théories de l'effondrement

" - Mon chéri, ce n'est pas en courant dans tous les sens, sur tous les chemins, qu'on apprend la vie. C'est en la regardant et eux (les animaux sauvages) tu vois, ils en savent plus long que nous… Ils connaissent les plantes, ils connaissent les herbes, les bonnes et les mauvaises, ils savent comment se nourrir avec, comment se soigner…
Il avait raison. Un animal sauvage vivant en liberté ne s'empoisonne pas, il fait son choix. C'est un instinct qu'ils perdent quand ils sont domestiqués, qu'on leur apporte leur nourriture, qu'ils n'ont plus à la chercher, à la défendre et qu'on appelle le vétérinaire quand ils sont malades."
Maurice Mességué, Des hommes et des plantes, 1970, Paris, p.20.


Ce n'est pas encore facile pour moi de l'assumer : j'ai toujours cherché à accumuler du savoir livresque et intellectuel parce qu'en fait… je n'ai aucune connaissance… et je ne sais absolument rien.
Je ne sais rien du monde réel :…

Mon blog ? Juste une histoire de patates...

Mon blog commence…. par une histoire de patates ! 

Pour comprendre pourquoi j'en viens à écrire le blog "Collapso-santé", il faut d'abord comprendre comment j'en suis venue à lire des livres traitant de la question de l'effondrement à venir de notre société (au titre de "la collapsologie" ou non).

Tout part d'une réunion, au cours de laquelle j'écoutais un entrepreneur présenter un projet impliquant des capteurs de mouvements, la possibilité d’enregistrer précisément les habitudes d’une personne âgée en EHPAD, de l'intelligence artificielle, des "big datas" et une multitude de termes que je serai bien mise à mal de restituer.
Moment de bug… Je ne m’y vois pas "demain". Je ne me vois pas dans ces établissements en tant que "vieille" entourée de capteurs qui connaîtraient absolument tout de mes habitudes : de mes horaires de lever, de couché, du temps objectif que je passe aux toilettes ou que je passe à me do…

Bienvenue sur Collapso-santé !

POUR INTRODUIRE CE BLOG ! 
Quiconque souhaite évoquer aujourd’hui une ou des théories de l’effondrement de notre société contemporaine, ne semble plus pouvoir se passer du terme de « collapsologie ». La fréquence du terme dans la sphère médiatique et sur les réseaux sociaux, pousserait presque à penser qu'il s'intègre à notre langage courant (ou qu'il n'en est plus très loin) et laisse entrevoir la possibilité de considérer la collapsologie en tant que fait social.
La sociologue se laisse aisément tentée par l'exercice d'en faire la démonstration. La femme beaucoup moins.
D’un côté, parce que la collapsologie en tant que telle -ou en tant qu’objet de recherche -ne m’intéresse tout simplement pas. De l’autre, parce que le message véhiculé par ce discours sur la chute de nos modes de vies contemporains et la question de la viabilité même de notre présence sur terre à plus ou moins court terme, m’a sans doute convaincue.