Accéder au contenu principal

Mon blog ? Juste une histoire de patates...


Mon blog commence…. par une histoire de patates ! 


Pour comprendre pourquoi j'en viens à écrire le blog "Collapso-santé", il faut d'abord comprendre comment j'en suis venue à lire des livres traitant de la question de l'effondrement à venir de notre société (au titre de "la collapsologie" ou non).

Tout part d'une réunion, au cours de laquelle j'écoutais un entrepreneur présenter un projet impliquant des capteurs de mouvements, la possibilité d’enregistrer précisément les habitudes d’une personne âgée en EHPAD, de l'intelligence artificielle, des "big datas" et une multitude de termes que je serai bien mise à mal de restituer.

Moment de bug… Je ne m’y vois pas "demain". Je ne me vois pas dans ces établissements en tant que "vieille" entourée de capteurs qui connaîtraient absolument tout de mes habitudes : de mes horaires de lever, de couché, du temps objectif que je passe aux toilettes ou que je passe à me doucher, à manger, à rester avachie dans mon canapé ou que sais-je encore… ???

De retour à l'espace de coworking au sein duquel je travaille, je m’indigne et décharge auprès d'une coworkeuse ! 


« Mais tu te rends compte ? Vers quelle société allons-nous ? Il faudrait peut-être quand même qu’on en parle collectivement ! Est-ce que c’est ça que nous voulons vraiment pour nos vieux, et pour nous demain ? Sérieux y a pas d'autres besoins actuellement en EHPAD ?


Mon interlocutrice me calme en deux temps trois mouvements :

« Ecoute Fanny, ton système là je n’en ai rien à foutre, nous ne le verrons pas ! Aujourd’hui la réalité, c’est que compte tenu des conditions climatiques que nous avons eu tout l’été, si tu devais nourrir tes gamins avec des patates uniquement locales et bien tu ne pourrais pas !"



Premier mécanisme de défense : ok, ok, sourire conservé… merci, au revoir, à bientôt tout ça, tout ça…



Second mécanisme de défense : "T'inquiète Fanny, sa remarque me semble totalement déconnectée" ! 


Et pour finir : mélange intense d'émotions diverses et variées !!
Quelque chose en moi me dit "elle a raison". Je trouve soudainement que mon travail est futile et inutile… c'était comme faire face à un grand vide… mon vide intérieur et (sans doute) pour éviter d'y faire face : je me suis mise à lire sur le réchauffement climatique et sur les théories de l'effondrement. J'ai écouté des conférences en ligne également et puis petit à petit, je réalise que j'ai besoin d'écrire... 

Comme un besoin de réfléchir à voie haute… 



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'homme domestiqué face aux théories de l'effondrement

" - Mon chéri, ce n'est pas en courant dans tous les sens, sur tous les chemins, qu'on apprend la vie. C'est en la regardant et eux (les animaux sauvages) tu vois, ils en savent plus long que nous… Ils connaissent les plantes, ils connaissent les herbes, les bonnes et les mauvaises, ils savent comment se nourrir avec, comment se soigner…
Il avait raison. Un animal sauvage vivant en liberté ne s'empoisonne pas, il fait son choix. C'est un instinct qu'ils perdent quand ils sont domestiqués, qu'on leur apporte leur nourriture, qu'ils n'ont plus à la chercher, à la défendre et qu'on appelle le vétérinaire quand ils sont malades."
Maurice Mességué, Des hommes et des plantes, 1970, Paris, p.20.


Ce n'est pas encore facile pour moi de l'assumer : j'ai toujours cherché à accumuler du savoir livresque et intellectuel parce qu'en fait… je n'ai aucune connaissance… et je ne sais absolument rien.
Je ne sais rien du monde réel :…

Bienvenue sur Collapso-santé !

POUR INTRODUIRE CE BLOG ! 
Quiconque souhaite évoquer aujourd’hui une ou des théories de l’effondrement de notre société contemporaine, ne semble plus pouvoir se passer du terme de « collapsologie ». La fréquence du terme dans la sphère médiatique et sur les réseaux sociaux, pousserait presque à penser qu'il s'intègre à notre langage courant (ou qu'il n'en est plus très loin) et laisse entrevoir la possibilité de considérer la collapsologie en tant que fait social.
La sociologue se laisse aisément tentée par l'exercice d'en faire la démonstration. La femme beaucoup moins.
D’un côté, parce que la collapsologie en tant que telle -ou en tant qu’objet de recherche -ne m’intéresse tout simplement pas. De l’autre, parce que le message véhiculé par ce discours sur la chute de nos modes de vies contemporains et la question de la viabilité même de notre présence sur terre à plus ou moins court terme, m’a sans doute convaincue.